• faire découvrir non seulement le pilotage, mais aussi tous les métiers concernant l'aviation : pilote, contrôleur, météorologue, mécanicien...
  • acquérir des bourses en aéro-club pour apprendre à piloter en aviation de loisir.

Le BIA est également apprécié sur un curriculum vitae lors d'une demande de stage en milieu aéronautique ; il peut aider à la préparation de l'épreuve optionnelle aux concours de l'Ecole nationale de l'aviation civile.

L'enseignement et l'examen comportent plusieurs volets : aérodynamique et mécanique du vol (pourquoi et comment un avion peut-il voler, évoluer ?), connaissance de l'avion (structures et matériaux, rôle de tous ces quadrants qui impressionnent dans un cockpit), météorologie (élément de sécurité important), modes de navigation (il faut être précis car on se perd vite dans l'espace aérien), réglementation aérienne complétée par la phraséologie radio, histoire de l'aéronautique (tout le monde ne sait pas que Roland Garros a été le premier à traverser la Méditerranée).

Les élèves acquièrent ainsi une culture pluridisciplinaire (mathématiques, sciences physiques, technologie, anglais, histoire, géographie...), une éducation intellectuelle, physique, morale et civique (développement de l'attention et de l'observation, sens des responsabilités individuelles et collectives) et une sensibilisation aux évolutions de ce secteur économique.

L'enseignement théorique, dispensé par un professeur titulaire du certificat d'aptitude à l'enseignement aéronautique, est complété de vols d'initiation effectués dans le cadre d'une convention entre l'établissement scolaire et un aéro-club de son choix. Pendant cette phase, très attendue par les élèves, chacun découvre les sensations du vol et du pilotage pendant environ 3 heures, dont une en place avant aux cotés d'un instructeur.

Les élèves approchent ainsi les diverses facettes d'un monde qui les attire, mais qu'ils connaissent mal, ou très partiellement pour beaucoup par l'intermédiaire des jeux vidéo.