La plupart des universités américaines, canadiennes ou anglaises utilisent ce test pour sélectionner leurs étudiants étrangers. Il est aussi de plus en plus utilisé par des entreprises françaises pour évaluer le niveau en anglais de leurs recrues non-anglophones. En France, de nombreuses grandes écoles conditionnent maintenant la délivrance de leur diplôme à l'obtention d'une note correcte au TOEFL.

C'est en 1964 que le TOEFL a été créé par Educational Testing Service (ETS), un organisme privé basé à Princeton, New Jersey aux Etats-Unis. On estime que vingt millions de personnes ont déjà passé ce test qui peut se dérouler dans environ 180 pays.

Le test du TOEFL peut se présenter sous deux formes, la version papier (PBT ou Paper-Based TOEFL) et la version sur ordinateur (CBT ou Computer-Based TOEFL) et se déroule en deux parties. La première évalue la compréhension et les connaissances en grammaire et vocabulaire. Elle est basée sur le principe du questionnaire à choix multiple et est notée sur 677 pour la version papier et 300 pour la version sur ordinateur. Les compétences à l'écrit sont quant à elles testées dans la deuxième partie par le Test of Written English qui est noté sur 6.

A compter de septembre 2005 pour les USA et octobre 2005 pour l'Allemagne, la France et l'Italie, un nouvelle version du test sera disponible sur Internet. C'est le TOEFL IBT (TOEFL Internet-based Test). Il sera ensuite disponible dans le monde entier en 2006.




Le test (papier ou ordinateur) est composé de quatre sections :

  • Section I : Compréhension Orale

Objectif: Tester les capacités de compréhension du candidat.
Type de questions: Conversations entre deux personnes ou plus dans un environnement universitaire qui peuvent être de courts dialogues entre étudiants ou des enregistrements de cours, questions qui sont souvent du type "qui a dit quoi ?".
Durée: 45-70 minutes.

  • Section II : Structure et Expression écrite

Objectif: Tester les connaissances en grammaire anglaise du candidat.
Type de questions: Identifier des mots ou structures erronés dans des phrases, remplir des blancs avec le mot approprié.
Durée: 15-20 minutes.

  • Section III : Compréhension écrite et Vocabulaire

Objectif: Tester le niveau en lecture et les connaissances en vocabulaire du candidat.
Type de questions: Trois ou quatre passages d'une longueur d'environ 300 mots à lire, des questions sur le contenu, les intentions de l'auteur ou les idées sous entendues dans le passage. Aucune connaissance précise sur le sujet abordé n'est nécessaire.
Durée: 70-90 minutes.

  • Section IV : Rédaction

Objectif: Tester le niveau écrit du candidat.
Type de questions: Développer et présenter ses arguments en réponse à une courte question ouverte qui peut être du type : "Certaines personnes aiment vivre dans de grandes villes, d'autre préfèrent les petites villes à la campagne. Donner votre avis et argumenter".
Durée: 30 minutes.

Actuellement, le TOEFL n'inclue pas de test oral. Mais en 2005 le TAST (TOEFL Academic Speaking Test) va pallier ce manque. Il sera inclu au TOEFL et remplacera la section "Structure". Pour l'instant, le TAST n'en est qu'à un stade expérimental. Quand le nouveau TOEFL incluant le TAST sera mis en place, on demandera au candidat de parler dans un microphone et l'enregistrement ainsi obtenu sera noté. Le but du TAST est de vérifier les possibilités de l'étudiant de parler couramment en anglais.

Le TOEFL, comme beaucoup de tests standardisés, a été critiqué maintes fois. On s'est souvent demandé si le principe de questions à choix multiple était vraiment apte à tester les capacité d'un individu en anglais. Un nombre croissant d'universités anglophones refusent dorénavant ce test au profit d'autres tests de langue ou bien imposent leur propre évaluation d'un candidat anglophone. Les principaux reproches faits au TOEFL sont les suivants :

L'anglais connaît beaucoup de règle "logiques" (l'utilisation de -ing à la fin d'un verbe par exemple). Un candidat au test peut ainsi "deviner" une réponse en grammaire sans pour autant comprendre le point précis de grammaire sous-jacent. Les personnes dont l'anglais est la langue maternelle se retrouvent souvent avec des résultats assez médiocres. En théorie, un test d'anglais devrait être évident pour un anglophone de naissance mais en fait le test se concentre sur des points précis de grammaire ou des usages "officiels" de la langue. Par exemple, l'utilisation de "may" et "can" est régie par des règles précises et l'anglophone de naissance en ignore souvent l'utilisation "classique" mais n'a pour autant jamais de difficultés de compréhension lorsque son interlocuteur inverse les deux formes. Le TOEFL ne teste pas la pratique orale de l'anglais alors que dans la cadre d'une admission dans une université anglophone, la capacité de parler couramment est vitale. Cet aspect essentiel de la pratique de l'anglais est peut être alors négligé par ceux qui passent le test et qui ne se concentre que sur ce qui va être évalué.

A voir également :

Témoignage : Préparer l'examen du TOEFL pour partir étudier à l'étranger