Les méthodes de révisions, de cours et de corrections sont différentes par contre, au niveau de l'épreuve, il n'y a pas de distinction entre un candidat scolarisé et un candidat libre.

Beaucoup de jeunes se sentent capable de se débrouiller seul face à leurs études. Nombre d'entre eux préfèrent passer leur baccalauréat ou un autre examen en candidat libre car ils savent s'organiser dans leurs révisions et les devoirs à rendre sur papier à des organismes spécialisés.
Il existe beaucoup de raisons qui poussent les jeunes à quitter l'école physiquement pour se préparer aux examens de chez eux.

Les élèves passent généralement un examen en candidat libre s'ils ont échoué l'année précédente et s'ils ont néanmoins obtenu des notes supérieures ou égales à 10 dans certaines disciplines et qu'ils ne souhaitent pas repasser ces matières.



L'article n°11 décret 93-1092 du 15/09/93 permet de conserver ces notes (durant 5 ans) et de ne passer que les épreuves pour lesquelles le candidat n'a pas obtenu la moyenne, à condition d'être inscrit en candidat libre.

D'autres étudiants ne veulent pas se retrouver en situation d'échec et ne souhaitent pas recommencer une année dans un système scolaire traditionnel. Leurs notes obtenues sont souvent inférieures à 10/20.

Certains préfèrent choisir cette option sachant qu'ils auront plus de temps libre pour démarrer une autre activité telle qu'un emploi, un stage ou enbcore une activité extra scolaire.

Une minorité n'ont pas le choix. Leurs parents sont sans cesse en déplacement ou vivent dans un pays ou le niveau d'éducation est faible, alors ils doivent adopter la situation de candidat libre pour se préparer et passer leur examen comme les autres.

Il n'y a pas de distinction entre un candidat libre et un candidat scolarisé, cela signifie que tous deux doivent se présenter à l'heure inscrite sur la convocation en se déplaçant au centre d'examen noté sur le même document envoyé ou distribué aux candidats.

Un extrait du texte du décret 93-1092 concerne les élèves passant leurs examens en candidats libres.

Article 11 : (les candidats ajournés reçoivent un certificat de fin d'études secondaires, s'ils ont obtenu pour l'ensemble des épreuves une note moyenne égale à 8. Ce certificat leur est délivré par le Recteur de l'Académie chargé de l'organisation de l'examen, selon les modalités fixées par arrêté du Ministre Chargé de l'Education Nationale). Les candidats non scolarisés, salariés, stagiaires de la formation professionnelle peuvent conserver, sur leur demande et pour chacune des épreuves, dans la limite des cinq sessions suivant la première session à laquelle ils se sont présentés, en tant que candidats scolarisés ou relevant des catégories énumérées au présent alinéa, le bénéfice des notes égales ou supérieures à 10 qu'ils ont obtenues. Ils ne subissent alors que les autres épreuves.
Les dispositions de l'alinéa 2 du présent article ne s'appliquent qu'aux candidats qui se présentent dans la même série que celle où ils ont obtenu des notes dont ils demandent à conserver le bénéfice, à l'exception de règles particulières définies par arrêté ministériel.
Le renoncement à un bénéfice de notes lors d'une session est définitif et seules les notes obtenues ultérieurement sont prises en compte pour l'attribution du diplôme.
Pour les candidats visés à l'alinéa 2, à chaque session, le calcul de la moyenne pour l'admission s'effectue sur la base des notes conservées et des notes obtenues aux épreuves nouvellement subies.
Aucune mention ne peut être attribuée aux candidats qui ont demandé à conserver le bénéfice des notes en application des dispositions de l'alinéa 2 du présent article.

Quelques soit les raisons des étudiants, de nombreux organismes ont été créés afin de les aider dans leur démarches. De nos jours, de plus en plus d'examens peuvent être passés en candidat libre.