Les principales organisations étudiantes nationales

) Les organisations représentatives

Les organisations représentatives au niveau national, selon les critères définis par la loi sur l'école de Lionel Jospin en 1989, sont celles ayant des élus au CNOUS ou au CNESER.

  • UNEF (Union Nationale des Étudiants de France, créée en 1907). Association longtemps quasi unique des étudiants. Syndicat dominant dans le monde étudiant. L'UNEF résulte d'une fusion récente entre l'UNEF-ID (plutôt proche du PS) et de l'UNEF-SE (plutôt proche du PC) ce qui lui a permis de prendre une nette avance sur les trois autres organisations qui se présentent aux élections en étant désunies.

  • UNI (Union Nationale Interuniversitaire) : se proclame comme la « Droite universitaire » (selon son propre slogan). Elle ne revendique pas le terme de syndicat, et regroupe à la fois lycéens, étudiants et enseignants. L'UNI a bénéficié ces dernières années, avec la création de l'UMP, d'un afflux de militants issus de l'aile droitière de l'UDF.

  • FAGE : Fédération des Associations Générales Étudiantes, seconde organisation représentative au niveau national ; regroupement de fédérations monodisciplinaires et de fédérations étudiantes de villes.

  • PDE : Promotion et Défense des Étudiants, regroupement des fédérations monodisciplinaires ou des regroupements monodiplôme (ingénieurs) (concurrent de la FAGE).

) Le CNESER

) Le CNOUS

 

Les autres organisations

) Les syndicats étudiants nationaux non représentatifs

  • LEPUR : Ligue Etudiante Pour l'Université Républicaine. Se réclame de la gauche républicaine. Né à Caen en 2002, s'est implanté en Normandie, Bretagne et Paris.

  • FSE (Fédération syndicale étudiante) : Parmi ses membres fondateurs, on trouve le Syndicat étudiant unitaire et laïque de l'Université de Montpellier, le FSE de l'Université de Caen, certaines associations locales de l'UNEF-SE ayant refusé la fusion avec l'UNEF-ID.

  • SUD Étudiant (Solidaire, unitaire et démocratique étudiant) : gauche, syndicat radical, membre de l'Union syndicale Solidaires.

  • CNT (Confédération Nationale du Travail) : anarcho-syndicaliste. Ne se présente pas aux élections universitaires. Vigilante sur les droits des étudiants étrangers.

  • Confédération étudiante (): issu d'une tendance de l'UNEF ayant fait scission et de syndicats locaux, partenaire de la CFDT, syndicalisme réformiste. Cinquième organisation en terme de voix au CNESER mais n'y a pas d'élus.

  • FEDER: Fédération des Enfants de la République. Emanation des résaux drayiste (SOS Racisme mais aussi l'UEJF et Ni Pute Ni Soumise) après le départ de ses sympathisants de l'UNEF en 2003 et 2004. Elle n'a obtenu que de rares élus lors de certaines élections locales du CROUS de 2004.

  • IDEE (IDentité Etudiante Européenne): d'orientation centriste, pragmatique et pro-européenne, IDEE est un syndicat étudiant proche de l'UDF. Créé en 2004, il se donne pour objectif de combler le vide de représentation politique entre l'UNEF à gauche et l'UNI à droite.

  • Fac Verte Créée en 2003, elle ne se définit pas comme syndicat mais participe aux élections. Emanation des Verts, de Cap21, Greenpeace et de multiples associations écolos, ils sont présents sur une dizaine de campus pour y défendre l'écologie universitaire.

Ces organisations ont une structuration nationale, mais sont loin d'être présentes sur tous les campus.

Il existe également des associations d'étudiants-chercheurs, comme la Confédération des Jeunes Chercheurs (CJC), qui défend cette catégorie particulière. Ainsi que le Collectif des jeunes chercheurs contre la précarité (JCCP).

 

) Les associations étudiantes

Les monodisciplinaires sont des fédérations d'associations de filière. Ainsi, l'ANEMF, Association Nationale des Etudiants en Médecine de France, regroupe des associations locales d'étudiants dans les UFR de médecine. Elle ont pour certaines été constituées dans l'UNEF et ont pu la quitter au moment de ses crises des années 60 et 70; d'autres ont de création plus récentes. La plupart sont fédérées à la FAGE ou à PDE. D'autres n'appartiennent à aucun regroupement (ANEA, Association Nationale des Etudiants en Architecture).

Il existe également des centaines d'autres associations indépendantes ou de fédérations de villes indépendantes ne souhaitant pas entrer dans les oppositions entre organisations étudiantes dû aux élections universitaires. Certaines adhérent au réseau d'association Animafac qui ne prends pas de position sur la politique universitaire.

 

) Les associations étudiantes

De nombreuses communautés d'étudiants étrangers ont créé des associations locales, qui servent notamment à organiser la solidarité entre eux, en particulier au moment de l'arrivée en France. Certaines d'entre elles se sont fédérées au niveau national, par nationalité, notamment pour les étudiants africains (ex: Association des Etudiants Burkinabés en France). La plupart de ces associations se forment sur un critère de nationalité (étudiants sénégalais, palestiniens... en France), mais aussi parfois supranational (Panafricaine de Moselle, Africapac à Bordeaux, etc.).

L'association Communauté d'Entraide et le Réseau d'Information et de Soutien des Etudiants internationaux en France (CERISE) a mis en place un site d'information et d'entraide interactive à l'échelle nationale qui s'adresse aux étudiants de toutes origines et vise à les mettre en contact entre eux et avec les organisations et le Français qui le souhaitent.

Certaines associations d'étudiants étrangers sont ou ont été aussi des mouvements politiques dirigeant leur action vers des pays où la liberté d'organisation était combattue. Par exemple, l'Union Nationale des Etudiants Marocains (proche de l'UNEF-SE), l'Union Générale des Etudiants Tunisiens...